Faut-il laisser sortir son chat ?

Conseil chat, Une vie de chat

Lorsque j’ai recueilli Georges, j’ai été informé qu’il avait passé les premiers mois de sa vie en totale liberté. Georges était, comme on dit, un vrai chat de gouttière ! Pour mon plus grand bonheur, il a rejoint mon foyer situé dans un appartement au 3e étage ! Fallait-il laisser sortir Georges ? Comment faire concrètement en appartement ? Ce sont des questions qui font débat parmi les possesseurs de chats ! La réponse dépend de plusieurs éléments. Je vais vous les partager dans cet article… et vous saurez quelle décision j’ai prise pour Georges !

Analyser et comprendre la personnalité de son chat

Le chat est généralement un animal très curieux. Mais certains d’entre eux expriment dès leur plus jeune âge un intérêt vraiment poussé pour l’aventure. Vous pouvez l’observer grâce à quelques indices. Par exemple, votre matou rôde à côté de la porte d’entrée quand vous partez au travail le matin. Il a peut-être même déjà réussi à se faufiler dans le couloir de votre immeuble ou devant votre maison et vous avez pu le rattraper in extremis ! Dès son adoption Georges montrait clairement cette personnalité. Il passait des heures entières sur mon petit balcon… et il grattait à la porte d’entrée.

A l’inverse, sachez que certains félins d’intérieur n’expriment pas la volonté de sortir. Cela peut venir de différentes raisons comme une expérience traumatisante vécue à l’extérieur, l’habitude à la vie en intérieur dès leur plus jeune âge, etc. Pas d’inquiétude, ils auront des journées tout aussi épanouies s’ils sont stimulés par leur environnement intérieur !

Avant de vous lancer, ayez connaissance des risques…

Le principal danger pour le chat, provient de l’activité humaine. En premier lieu, les voitures qui pourraient le renverser. Habiter en centre-ville prévient le risque que les voitures roulent vite (ce qui n’est malheureusement pas toujours vrai), contrairement au fait d’habiter à proximité d’une route de campagne. En revanche, les centres-villes ont généralement plus de passages de voitures, ce qui augmenterait d’autant le risque pour votre chat. D’autres activités humaines représentent aussi un danger, comme le traitement chimique des jardins et des dépendances avec des granulés anti-limaces ou de la mort-aux-rats.

L’autre principal danger est lié à la faune et la flore. En effet, votre matou peut être en contact avec des plantes toxiques. C’est notamment le cas de plusieurs fleurs à bulbe comme le lys, le muguet… Mais aussi l’ail et l’oignon qui sont extrêmement toxiques, même s’il ne fait que les mâchonner. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ici les aliments interdits pour votre chat. Votre matou peut également être infecté par des puces, des vers ou des tiques, ce qui lui arriverait beaucoup plus rarement s’il ne sortait pas de chez vous. Ses congénères représentent un risque non négligeable notamment dans le cas de bagarres territoriales. Par exemple, il arrive à Georges de revenir avec des blessures, surtout au niveau de la tête et de l’arrière-train. N’hésitez pas à consulter un vétérinaire en cas d’infection (abcès qui peuvent être impressionnants) ou tout simplement en cas de doutes.

Enfin, s’il est équipé d’un collier, votre félin pourrait rester coincé à un branchage. Cela arrive plus souvent qu’on l’imagine, Georges a par exemple déjà perdu deux colliers (anti-étranglement fort heureusement, on vous en parle juste après).

…Et apprenez à prévenir ces risques

Avant de décider de laisser sortir son chat, il faut être conscient.e que cela implique quelques achats ainsi qu’une certaine organisation. Ne serait-ce que se poser ces questions simples : est-ce que mon félin a moyen de rentrer chez moi en mon absence, via une chatière ? Si ce n’est pas le cas, est-ce que j’essaye d’instaurer une routine pour faire rentrer mon matou à certains moments précis de la journée ? Auquel cas, est-ce que j’accepte (ou à l’inverse j’exclue) qu’il y ait parfois des « rendez-vous manqués » ?

Du côté des achats, il me parait inconcevable de laisser vadrouiller son minou sans que ses vaccins soient à jour, car cela peut représenter un risque pour lui mais aussi pour ses congénères. De plus, il est recommandé de le traiter contre les vers, les puces et les tiques. Pour rappel, l’identification par puce électronique est une obligation, mais si vous désirez compléter cette identification par un collier, il est vraiment important de choisir un collier anti-étranglement. C’est un collier doublé d’un élastique à un endroit, permettant au chat de s’en défaire s’il reste accroché. Si votre maison n’est pas équipée d’une chatière ou si vous habitez à l’étage d’un appartement, l’idéal est d’aménager, non loin de la porte d’entrée, un petit coin ou votre chat pourra se réfugier en vous attendant. Enfin, la stérilisation est une option à sérieusement envisager, permettant d’éviter la prolifération et, en bout de chaîne, l’abandon, malheureusement encore beaucoup trop répandu…

Accompagner votre chat lors de ses premières sorties

Concrètement, la première fois que j’ai laissé sortir Georges j’étais stressé car c’est l’inconnu totale ! J’ai la chance d’avoir un parc public en face de mon immeuble. Je me suis donc muni des friandises qu’il préfère et je l’ai suivi lors de ses premiers pas dans le parc. Au bout de 10 minutes j’ai réussi à l’appâter avec ses friandises et le faire rentrer à l’appartement. Le lendemain j’ai réitéré la même opération, pour qu’il comprenne bien où était la porte d’entrée de l’immeuble. Le troisième jour, c’était la liberté totale mais j’étais quand même à l’affût de son retour, pour descendre lui ouvrir ! Je préconise donc d’y aller au fur et à mesure et d’essayer quand vous avez du temps (pendant vos vacances) !

Dans le cas de Georges, cela a très bien fonctionné et depuis il sort tous les jours et rentre tous les soirs pour dormir chez moi. Sortir le jour ou sortir la nuit : un débat de plus qui agite les possesseurs de chats (qu’on détaillera peut-être dans un prochain article) ! Enfin, à l’occasion de discussions dans ma rue, je m’assure que Georges ne dérange pas le voisinage. J’ai découvert avec plaisir qu’il est très apprécié et qu’il est devenu la mascotte du parc attenant à ma rue.

Aménager un environnement agréable pour votre chat

Laisser sortir son chat lui permet d’exercer son instinct de chasseur ainsi que de se dépenser, s’il a une personnalité aventureuse. Si toutefois, vous préférez ne pas laisser sortir votre chat, vous pouvez faire simplement de votre intérieur un environnement stimulant pour votre compagnon de jeux. Pour cela il faut surtout lui réserver des temps de jeux en commun durant lesquels vous allez stimuler son agilité. Je vous conseille également d’équiper votre cocon d’un arbre à chats pour qu’il fasse ses griffes ailleurs que sur le canapé ! Il est nécessaire de lui laisser des accès en hauteur (armoires, meubles de rangement de la cuisine, etc.) ainsi que des recoins tranquilles où il pourra se cacher et se reposer.

Dans l’un de ces endroits de repos, vous pouvez lui aménager un cocon rassurant comme l’esthétique Cube de meyou, la marque de design pour nos chats. Je vous conseille également de lui mettre à disposition un jouet qui distribue sa ration journalière de croquettes au fur et à mesure qu’il y met des coups de pattes. Ses besoins nutritionnels évoluent aussi en fonction de son niveau d’activité physique et JOPY s’avère être une bonne alimentation pour prévenir la prise de poids de votre félin d’intérieur. N’hésitez pas à consulter nos conseils de rations pour nos croquettes JOPY.